7 écoles mobilisées pour que des enfants et leurs familles puissent enfin construire leur avenir en France !

Soildaires 31 appelle à rejoindre le rassemblement en soutien à des familles immigrées vivant dans une précarité extrême à Toulouse.

 

« Nous nous devons de défendre la liberté effective de circulation et d’installation : tout individu a le droit de s’établir, vivre , s’éduquer et travailler où bon lui semble. »

 

Rassemblement devant la Préfecture, place St Etienne, mercredi 27 juin à partir de 16h45

 

7 écoles mobilisées pour que des enfants et leurs familles puissent enfin construire leur avenir en France !

Ziane, Sabina, José, Hakim, Eminé, Sarah, Alain….. , ce sont des enfants vivant en France depuis plusieurs années et scolarisés dans des écoles, collèges, lycées de Toulouse et de sa banlieue.

Nés ici ou arrivés avec leurs parents, ils – Elles ont fuit des situations de guerre, de conflits, de menace et/ou de misère… Leur quotidien: des conditions de vie précaires peu propices à l’éducation, une angoisse permanente face à une expulsion toujours possible, bien que des démarches aient été engagées pour l’obtention d’un titre de séjour…

Localement, des communautés éducatives (enseignants, parents d’élèves, citoyens,..) se mobilisent pour soutenir ces enfants et leurs familles.
Signatures de pétitions, petits déjeuners devant les écoles, rassemblements, ont permis de mettre en visibilité ces cas et d’affirmer leur droit à rester ici. Un titre de séjour pérenne, c’est la condition pour ces familles pour sortir de la précarité, pour avoir droit à l’éducation, à un hébergement digne, à la santé, au travail,…

Afin de porter collectivement ces situations, et plus largement celles des nombreuses personnes « sans papiers » en France, les collectifs de 7 écoles appellent, avec le Réseau Education Sans Frontières 31, à un rassemblement le mercredi 27 juin devant la Préfecture place Saint-Etienne à partir de 16h45, afin de déposer les pétitions. Une rencontre a été également demandée à la Préfecture.

A l’appel de la FCPE 31 et du RESF 31